029 - FACETTE D'UNE PRESSE POLEMIQUE !

 Tempête sous les crânes  029 - Le 1er mai 2011

Information.. Manipulation.. Même démarche. !

 Il ne suffit plus de nous inonder et de nous assommer de détails des innombrables catastrophes qui se passent dans le monde, présentées comme « scoops », passant en boucle sur les ondes radios ou chaînes télé. Leur donnant des priorités dont on n'en suit pas bietoujours le pourquoi !

 Les déclarations, faites sur FR2 par la journaliste de Médiapart, Mathilde MATHIEU, ne sont pas aussi convaincantes et étayées qu’on pourrait le croire. Tout cela semble provenir de déductions litigieuses faites à partir de bribes d’éléments récupérés de-ci delà lors d’une réunion. Aucun document écrit ni de déclarations formelles. De là à monter une telle « mayonnaise », dénote que seuls comptent la polémique et les « coups » ou « buzz » pour du journalisme de bas étage.

 Il serait intéressant de connaître le colporteur de ces renseignements, comment ils ont été interprétés et retransmis et dans quel but. Il faut réellement peu de chose pour faire du bruit dans le landerneau. Au dernière nouvelle, il paraitrait que la réunion ait été enregistrée sur Ipod.?? pourquoi ne pas en avoir fait état de suite et de nous laisser juger par nous-même que de nous distiller ceci de manière calculée. Pas clair tout celà.!

 Cette presse est coutumière du fait, ne prospérant qu’en flattant ce qui se trouve être le plus bas ou le plus vil chez l’humain et qu’elle distille avec une certaine satisfaction pour créer le buzz.

 Sa spécificité est celle du « bâton à merde » On remue avec délectation jusqu’au remugle nauséabond qui doit s’en dégager.

 On pourrait se féliciter d’avoir une presse d’investigation indépendante, non dirigée de partis pris, si elle ne s’employait de manière systématique à créer des malaises sociétales pour faire du « scoop » Cela devient insupportable. Quels raisonnements  d’Edwy PLENEL, le fait bifurquer, quelques fois, vers des tendances francophobes.

 Son actualité, à lui et son équipe, est la discrimination qui serait faite par des « quotas de blacks et beurs » dans les sélections des centres d’entraînements des clubs de foot.. Quota positif quand il favorise certains, discriminatoire lorsqu’il en prend en compte d’autres. ?? Encore une idée de biens.. Trop biens pensants !!

 Il serait intéressant d’entendre d’où vient l’origine de l’idée de « quotas » dans le vocabulaire politique français applicables dans notre société. Rappelons-nous les adeptes qui ont promu le « politiquement correct »

 Il est normal et légitime qu’une équipe de France soit représentative de la population de son Pays. On n’a pas trouvé discriminatoire la composition de l’équipe de France en 1998. Elle était équilibrée en représentation et ne posait aucun problème apparent.

  La fausse note a été donnée, par des idéologues bien pensants socialos-gauchistes, en la baptisant « Black – Blanc – Beur » A ce moment s’est instauré une base de discrimination en oubliant l’article de la Constitution qui cite que la République est un tout et non pas un rassemblement de communautés raciales.

 Et stop à l’hypocrisie de ne pas vouloir savoir qu’un bon nombre de français préfèrerait avoir une équipe de France de football plus représentative de sa population. La France est européenne, non pas africaine. L'avis de ces Français est autant légitime que celui de moralistes voulant se faire les chantres  des bons sentiments.

 Il faut se souvenir du nombre de joueurs, en équipe de France, issus du scandale des recrutements qui s’opère à partir de l’Afrique. De cela Médiapart n’en fait pas mention. 

 Ce qui a d’ailleurs donné du parti pris à une communauté de spectateurs qui s’étaient davantage identifiée à l’équipe adverse et mise à siffler l’équipe de France. Ou encore à siffler l’hymne et le drapeau censés représenter cette équipe. Ce sont des réalités qu’on ne peut passer sous silence et qu’il serait honnête d’analyser sans idéologie affichée.

 Trop de joueurs en équipe de France sont naturalisés uniquement sur des critères de qualifications sportives au détriment de joueurs français « blacks – blancs – beurs » comme le disent certains ségrégationnistes qui s’ignorent. De l’esprit de France ils n’ont rien et ils ne représentent qu’eux-mêmes et l’argent qu’ils incarnent en cas de réussite.

 On peut être en droit d’espérer d’avoir des joueurs en équipe de France qui soit fiers de représenter leur Pays mais surtout d’avoir envie de l’honorer en chantant la Marseillaise. Et il n’est pas très acceptable que celui qui représente ce PAYS de FRANCE, soit également d’un pays différent par une double nationalité accordée de manière circonstancielle. On accepte d'être Français totalement, pas à moitié avec un pied dedans et l'autre ailleurs, ou pour quelconques avantages comme cela se voit de plus en plus souvent.

 Maintenant, quoi de plus normal et logique que l’équipe de France veuille changer de style de football et de choisir des joueurs en conséquences. Un panachage de joueurs selon leurs qualités et capacités techniques et physiques, n’entre pas forcément dans une politique de quotas racistes basés sur la discrimination.

 Une réflexion s’est effectuée à partir de l’équipe d’Espagne, devant les succès qu’elle a rencontrés en n’ayant des joueurs qui compensaient leurs gabarits physiques par une technicité et une abnégation admirable. A l’opposé de ce qu’était l’équipe de France,

 Il est légitime que les dirigeants et sélectionneurs s’interrogent sur l’avenir des sélections a donné pour l’avenir et la composition des équipes de football des clubs dans lesquelles doivent être recrutés les joueurs de l’équipe de France.

 Il se trouve que ces affirmations de racisme primaire, encore et toujours en mode chez les bobos biens pensants, sont quelque peu désamorcées par le livre que vient d’écrire Maryse EWANJE-EPEE, journaliste et ancienne championne d’athlétisme connue et appréciée aux multiples exploits. Ce livre, qui plus est, apporterait un certain éclairage sur les pratiques des sélections sportives.

 Elle y dénonce le « commerce » et la philosophie des recruteurs de jeunes africains pour les faire venir en France. A laquelle s’ajoute le problème de la double nationalité pour mieux négocier leurs contrats futurs !

 Mais plus encore elle laisse à penser, que le recrutement dans les clubs français de football, se fait par une discrimination à l’envers, au désavantage des « petits blancs » sur des critères du raisonnement des recruteurs.

 Etant reconnu de fait que le footballeur africain est plus athlétique que le blanc et que dans une politique de football athlétique, il vaut mieux miser sur des recrutements adéquats au détriment d’autres joueurs autant ou plus méritants techniquement, mais moins physiques

 En Afrique, le football suscite des passions sans bornes : il est le ticket pour l'ascenseur social. Trafic d’identités, chantage, ruines familiales, disparitions, le phénomène a bouleversé la vie de milliers de familles.

 Voir son livre : Négriers du foot (éditions du Rocher)Le livre « Négriers du foot » explore l’une des zones les plus obscures du sport roi : La traite des jeunes footballeurs originaires d’Afrique. Du départ à l’arrivée, on suit le parcours des sans-papiers du football, et on décrypte les intérêts multiples en jeu.

 Pour l’interview de Maryse E.E sur son livre et lire la critique complète du film c’est ici.

http://www.streetpress.com/sujet/1200-maryse-ewanje-epee-il-faut-absolument-que-les-africains-se-saisissent-de-leur-football

 Elle y parle aussi du film documentaire de Pascal Lamch raconte l’histoire de jeunes footballeurs africains envoyés en Europe par des intermédiaires peu scrupuleux.

 Il y a bien autres choses de plus importants à dénoncer et à mettre en exergue que de jouer sur ce qui pourrit le climat social en France. Et ce dont tout le monde joue avec des arrières-pensées, l’immigration. Sujet sur lequel certains ont la lâcheté de ne pas en reconnaître les problèmes qu’elle pose en France à bien des niveaux.

 Dans ce pays il devient impossible de s’exprimer librement sans le risque d’être interprété au-delà de ses pensées. L’inquisition sectaire prédomine dans ce pays qui se dit être celui de la liberté. 

 Il n'est pas de convaincre mais d'informer pour une prise de conscience face à l’avenir qui se dessine à l’horizon pour nos descendants. Nous serons responsables d’avoir laissé faire.. Vous savez ce que j’en dis, ce n’est juste que mon avis.. Mais aussi celui de beaucoup d’autres.

 A vos commentaires et bonne journée à tous.

 Le Mistigri

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site