045 - CIRCONCISION IDENTITAIRE

Mon trou de  sécu  commence à     me gratter sérieusement ! - Le 29 juillet 2011

Une peau de kiki qui coûte la peau des fesses. !

Pour faire suite aux interrogations de plusieurs lecteurs, concernant la prise en charge de la circoncision de la sécurité sociale, il ne s’agit en fait que d’une proposition édictée en 2008.

Voyons tout d’abord ce qu’il en est de la loi à ce sujet :

Il ne fait guère de doute que l’ablation du prépuce constitue une atteinte à l’intégrité du corps humain, ce que l’article 16-3 du Code civil prohibe de façon stricte :

« Il ne peut être porté atteinte à l’intégrité du corps humain qu’en cas de nécessité médicale pour la personne ou à titre exceptionnel dans l’intérêt thérapeutique d’autrui.

Le consentement de l’intéressé doit être recueilli préalablement hors le cas où son état rend nécessaire une intervention thérapeutique à laquelle il n’est pas à même de consentir »

La lecture du texte impose l’interprétation : « seule la nécessité médicale — ou l’intérêt thérapeutique d’autrui1 — peuvent justifier l’atteinte. Et encore faut-il obtenir le consentement préalable de la personne »

On le voit, l’atteinte à l’intégrité du corps humain est exclusivement circonscrite à la nécessité d’ordre médical. Hors de cela, point de licéité (licite), quel que soit l’intérêt invoqué.

Allons même plus loin. En tant qu’ablation d’une partie du corps — si minime soit-elle — la circoncision ressort de la mutilation. Pratique pénalement punissable.

Je vous invite à lire la question écrite n° 30856 http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-30856QE.htm de Madame le député Valérie BOYER, secrétaire nationale de l'UMP chargée de la santé, parue au Journal Officiel du 16 septembre 2008 « Madame Valérie BOYER, députée UMP secrétaire nationale chargée de la santé: faire prendre en charge par la Sécurité Sociale le coût de la circoncision des musulmans. » Vous y avez trouvé également la réponse d’impossibilité qui lui est opposée.

En conclusion, il ne semble pas que l’on puisse faire voter une loi pour rembourser des actes illicites donc condamnables.

Voir également la réponse en vidéo de Roselyne BACHELOT, alors ministre de la santé exprimée sur RMC : http://dai.ly/mZyQil

Cela étant, le problème soulevé par la député Valérie BOYER est réel: Pour pouvoir bénéficier du remboursement de l’intervention chirurgicale, nombre de parents, mentent sur les raisons pour lesquelles ils font circoncire leur enfant. La combine est classique : On se rend chez un spécialiste réputé pour ce genre d’intervention, on lui fait part du souhait de faire circoncire son enfant et on prend rendez-vous pour une opération chirurgicale en milieu hospitalier.

Le chirurgien, complice de la fraude, précise dans le dossier médical que l’enfant souffre d’un phimosis (argument maître). Et le tour est joué : l’intervention ne coûtera pas un sou à la famille, puisque c’est l’Etat, via l’assurance maladie, qui la prendra en charge, la mutuelle se chargeant du reste..

La manœuvre est tout aussi malhonnête que choquante, même si banalisée : la circoncision est un acte motivé par des raisons religieuses. Qui dit religion dit morale. Qui dit morale dit détestation du mensonge. Comment donc peut-on raisonnablement, toute honte bue, se réjouir d’accomplir un acte religieux tout en recourant à des pratiques malhonnêtes ?

Le coût d?une amputation de prépuce s’élève à 113 euros. [Consultation avec le chirurgien avant intervention : 45 à 50 euros ; consultation anesthésie pré-opératoire : 23 euros ; Dépassement d'honoraires : Chirurgien : 100 euros (non pris en charge par la SS) ; Anesthésiste : 40 euros ? Tarifs d?une clinique de Seine-et-Marne] 113 euros pour une opération injustifiée sur le plan médical dans 96 % des cas ; les 4 % restants pouvant faire l’objet d?une prise en charge non mutilante (crème assouplissant le prépuce ou plastie du prépuce). 113 euros à rapporter aux 100_000 circoncisons annuelles.

Le prix d'une journée d'hôpital de jour avec bloc opératoire pour une circoncision s'élève à 791 euros, remboursé à 100% par la sécurité sociale. Les rites des circoncisions rituelles en France sont médicalisées sous le motif fallacieux d'ablation de phimosis. Une mutilation religieuse financée par un état "laïc". Le trou de la sécurité sociale est aussi un déficit moral. Jusqu'à quand ?? Source : A.M.E. ... enfant.org.

Il est plus que certain que bon nombre de cliniques privées ne se gênent pas pour pratiquer des circoncisions rituelles (musulmanes) déclarées et remboursées comme des opérations médicales et profiter de cette aubaine qui leur tend les bras;  au mépris du principe républicain de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

En conclusion, il ne semble pas que l’on puisse faire voter une loi pour rembourser des actes illicites donc condamnables.

Ce sont donc des milliers de parents et de médecins qui devraient se trouver devant les cours d’assises de France, risquant, c’est selon, vingt ou quinze années de prison sur le fondement de l’article 222-9 du Code pénal.

La Sécurité sociale est menacée de déconfiture, vampirisée par les abus et bafouée par des comportements irrationnels et de pratiques abusives de la médecine.

Il est possible que les laïcs, les cathos et les athées demandent une loi pour le remboursement du « doigt où je pense » Car à force de m’en faire glisser à longueur de temps mon trou de sécu devient très sensible voir pathologique !

De toutes manières, telle que les choses se présentent, loi votée ou pas, faites confiance qu’on continuera à se le faire mettre profondément au nom d'une passivité face à « l’immigration chérie » de nos politiques !

Il n'est pas de convaincre mais d'informer pour une prise de conscience face à l’avenir qui se dessine à l’horizon pour nos descendants. Nous serons responsables d’avoir laissé faire..

Vous savez ce que j’en dis, ce n’est juste que mon avis.. Mais aussi celui de beaucoup d’autres.

A vos commentaires et bonne journée à tous.

Le Mistigri

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site