055 - OBJECTVITE ET RIGUEUR

 Le pouvoir.. Ca rend dingue - 055 - Le 2 mai 2012iznogoud-jaune-2.jpgATTENTION.. Danger à venir pour notre Pays

Question vote,  nous n’en sommes plus à pouvoir nous décider, comme pour le premier tour, pour une sympathie ou pour une tendance idéologique.  Non plus par dépit ou protestation. Mais bien pour une compétence,  le réalisme d’un programme compétent, la connaissance d’un environnement politique, intérieur et extérieur. La fiabilité d’un dirigeant à la fonction suprême.

Actuellement s’impose aux électeurs avisés,  passant au-dessus  de leurs convenances personnelles, de faire un acte qui va, dans une conjoncture particulièrement difficile, engager le Pays pour l’avenir. Cela impose une réflexion non plus partisane, mais réaliste et objective.

Il faut élargir la pensée au-delà des contingences de partis. On peut ne pas adhérer au FN sans pour autant considérer les adhérents comme des pestiférés, tout comme il en est de même pour l’extrême gauche.

Cette manière de voir est l’attitude des dirigeants et leur environnement qui monte les électeurs les uns contre les autres en mettant en exergue les seuls points  qui les opposent ; jamais ceux qui pourraient les amener à mieux s’accepter.  C’est à cela qu’il faut  réfléchir un peu plus au lieu  d’écouter aveuglément les beaux parleurs.

Votre véritable opinion est celle que vous vous faites par vous-même en vous informant de tous côtés, avec objectivité et réalisme,  sans écouter  les opportuns qui vous brosse dans le sens du poil pour faire reluire votre égo.

On est dans la guerre des chefs depuis le début de cette campagne. Cette campagne présidentielle décevante, n’est pas celle que la grande partie des électeurs attendaient.

On aurait préféré des débats nous parlant des réalités actuelles et à venir pour résoudre les problèmes que traverse notre Pays de la part des deux  candidats restant en liste.

 Au lieu de cela on a un candidat qui fuit devant tout débat, jouant la montre, attendant que fasse son œuvre le leit motiv qui a dirigé sa campagne «  A bas SARKOSY ».. Il fait de la figuration, esquivant toute question directe, éludant les sujets à débattre ou y répondant à moitié lorsqu’il est pressé. Il ne s’engage sur rien.. Quel programme. ! Il est franc comme un âne qui recule, visqueux comme une limace.

Bien avant que les dés soient jetés, il a déjà endossé la tenue de président. Il en frétille d'impatience.

 S’il pèse lourd sur la balance, en politique c’est plus que léger. Il se la joue MITTERAND avant l’heure.  Il en transpire de manière inconvenante. Mais il devrait se rappeler la fable du bœuf et du crapaud.. 

Seule l’intéresse l’image de sa  personne.  S’écoutant parler, même réfléchir.. Pas à ce qu’il dit, puisqu’il ne dit rien mais à la manière de faire bonne figure. On a eu MITTERAND, « Tonton Méphisto » on va avoir «  Tonton ramollo » Il en est déjà à s’octroyer des lauriers pour lesquels il n’a pas encore entamé le moindre effort. Impayable lorsqu’il parle de son parcours, les yeux dans le vague..   Se mettant en scène, revivant d'un air pénétré l'épopée extra-ordinaire de sa vie.. C’est clownesque. !

Méfions-nous, c’est un faux modeste, imbu de sa personne qui se veut devoir prendre de la hauteur dans une fonction dont il s'est  déjà octroyer la possession.  Il veut tant se différencier du candidat sortant qu’il appelle « l’autre » du fait qu’il s’est interdit de prononcer son nom..  C’est à ce taper le C.. par terre, provenant de quelqu’un qui se dit être la simplmicité même. Comment peut-il insuffler la moindre crédulité ?

Au lieu de contempler l’auréole qu’il s’est placée au-dessus de la tête qu’il nous parle d’un certain CATON.. Ou bien d’une interview qu’il a eu en 1989 dans laquelle il exprimait son ambition politique du moment mais surtout de la mentalité acquise par ses années passées à l’ENA aux frais de la République. Egalement de sa réelle " amitié " politique avec MELENCHON. De même qu’il nous commente les « éloges » que lui ont tressées ses « amis » politique,  et plus encore son ancienne compagne. Il y aurait bien à développer au sujet de cette honnêteté politique qu’il veut afficher. Qu’il nous développe les turpitudes de son parti du nord au sud de la France ! Des campagnes de calomnies orchestrées par ses « amis » depuis 4 ans, à longueur de semaines, relayées par des journaux spécialisés d’opinion gauchisante.

Lui qui se veut être clair,  alors qu’il nous met à plat le montant de ses biens et leurs origines. Sa déclaration d’impôts et on verra s’il maintient toujours que 4000 € par mois c’est un revenu de riches. Lui qui émarge en tant que député et comme Président de région, combien empoche – t’il ? Qu’il nous dise ce qu'il a coûté à la République depuis sa sortie de l’ENA et ce que lui, lui a apporté. On devrait envoyer Eva JOLY et la presse faire le tour du propriétaire !

Comment peut-on considérer un tel candidat alors que ceux qui le connaissent bien n’ont pas le moindre jugement positif pour lui ? A présent, évidemment ils ont tous  bouche cousue puisqu’il a été assez malin pour profiter des distorsions chroniques qui existent dans ce parti. A leur corps défendant,  il fait office de les représenter et de ce fait est devenu le pourvoyeur de leurs futures « planques républicaines » Les  ronds de jambes sont de rigueur pour obtenir des postes qu’ils se sont déjà plus ou moins distribués.

On ne lui demande pas qu’il diminue le revenu du Président de la République, mais qu'il envisage de mouiller la chemise et ne pas seulement penser à venir poser son c   dans le fauteuil de la présidence comme l’on fait MITTERAND et CHIRAC. On aimerait qu’il soit rémunéré au mérite.. Sur que ça le mettrait au régime !

On sait que les problèmes que traverse la France, moins graves que chez beaucoup de nos voisins, ont leur origine dans les crises mondiales successives, et elles se sont, par ricochets, amplifiés en Europe.  Pour y faire face et relancer l’économie on sait que des réformes concertées par les plus grands pays sont nécessaires. 

Ce n'est pas en s’isolant comme le préconise le candidat en HOLLANDE en faisant fi de tous les accords antérieurs qui engagent la France. Le candidat SARKOSY est le mieux placé et crédible pour que la France puisse tenir sa place et être écoutée sur le plan européen et mondial.

Sa politique pour supprimer l’endettement est plus réaliste et objective que celle de HOLLANDE qui considère encore l’Etat comme un tiroir caisse. La caisse étant vide, il va obligatoirement recourir à l’endettement avec des intérêts de dettes de plus en plus élevés puisque la France perdra sa crédibilité de remboursement.  Le redémarrage de l'économie en Europe passera par une amélioration de la compétitivité et non par plus de dépense publique

D’autant plus qu’il s’oppose catégoriquement de reconnaître et mettre dans la constitution  la règle d’or « ne plus pouvoir faire voter un budget en déséquilibre »

Concernant la renégociation du pacte budgétaire européen, Madame Angéla MERKEL a déjà fait savoir qu’elle ne suivra pas les propositions de HOLLANDE et José Manuel BARROSO et Mario MONTI se sont démarqués de ses propositions. Rejetant toute hausse de l'endettement, ils prônent un regain de compétitivité pour relancer la croissance. Il ne suffit pas d’affirmer des choses avec excès pour qu’elles deviennent réalités. Seuls accords unanimes, sauf pour Angéla MERKEL, les euro-obligations. Ce qui amèneraient une stabilité dans les déficits des pays européens, mais en contradiction avec la politique de HOLLANDE par sa non acceptation de la règle d’or ??  Bêtise ou entêtement de principe ??

Des deux candidats, Nicolas SARKOSY est le plus apte à gérer la crise que nous allons reprendre de plein fouet dans nos pensées et dans notre réalité quotidienne. Et celle-ci ne pourra se faire qu’à partir de l’Europe en remaniant certains accords. Quel poids représentera HOLLANDE dans le concert européen. Même pas encore élu en France, il est déjà déconsidéré sur le plan international. N'est pas meneur qui veut.!

Le Président SARKOSY, dans son anticonformisme de la charge présidentielle,  n’a pas toujours l’art et la manière dans la forme. Il peut être parfois irritant, voir exaspérant,  même pour ceux qui adhèrent à sa pensée. Mais le fond est là et on ne peut pas lui reprocher sa sincérité, sa volonté, son courage et son entêtement à trouver des solutions. Cela loin d’ambition personnelle comme l’affiche par son concurrent.

On peut critiquer une partie de son bilan, celle dont se complait à faire ressortir ses détracteurs, mais l’histoire rétablira la vérité et on verra qu’il aura beaucoup fait et qu’on lui en sera reconnaissant d’avoir évité bien pire que ce que nous vivons actuellement. Certainement beaucoup plus de choses auraient pu être faites si les crises successives n’étaient pas intervenues dés le début de son quinquennat.

A chacun de rétablir la vérité avec objectivité loin de l’hypocrisie, l’intox et la désinformation que n'a cessé de faire régner une gauche revancharde.

Car chaque vote bien réfléchi apportera une réponse pour l’avenir du Pays.

 Le Mistigri

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site