085 - APPELONS-LES SALAUDS et désignons leur ignominie

Le politiquement correct ...    Asterix-2.jpg Ca suffit ! - 085 - Le 18 mars 2013 

Les deux fonctionnaires de police tués dans le véhicule, Cyrille Genest, 40 ans, et son coéquipier Boris Voelkel, 32 ans, étaient pères de famille, chacun avait deux enfants.

Leur collègue, grièvement blessé, a été conduit en urgence à l'hôpital Beaujon à Clichy dans les Hauts-de-Seine. Également père de deux enfants, il se trouverait actuellement entre la vie et la mort.

Puisqu'on donne les noms des 2 policiers tués, on donnera aussi ceux des 2 interpellés:
Malamine TRAORE et Medhi BENSAASSOU... 

Et voila la « gueule » bien réelle du meurtrier au volant: et non celle d’un petit saint candidement délinquant comme on veut nous le faire croire.          sale-gueule.jpg   Lorsqu’il s’agit de nommer un français de souche on est moins regardant pour y inscrire le patronyme et y apporter les descriptions qui soulignent bien tout ce qui peut ressortir de  spectaculairement terrible, mais lorsqu’il s’agit d’un afro-maghrébin on fait profil bas. Plus de patronyme, les mots n’ont plus le même sens.

On donne dans l’hypocrisie du politiquement correct tel qu’il avait été mis en avant par un ancien ministre de l’intérieur socialiste ou affilié, monsieur CHEVENEMENT, en employant le vocable de sauvageons ou de petits chenapans ces terreurs de banlieues. Il faut croire que son passage dans les limbes lors de son opération au Val de Grâce avait altéré son discernement.

 Ne nous y trompons pas ces violences, cette insécurité, ces trafics sous couvert ou excuse de chômage, sont voulus et entretenus par des prédicateurs intégristes, en vue de déstabiliser les usages républicains et de créer une insécurité ambiante permanente. Les agressions dans les transports publiques telles qu’elles se passent dans le métro à Paris, les attaques de commerçants sont toujours effectuées par la même « faune ».

Cela on ne le mettra pas en avant afin de ne pas chagriner ces soit disant bien pensants qui, sous le couvert de droit de l’homme, veulent camoufler la criante vérité, mais aussi protéger un électorat qui a bien servi au « menteur » de service qui sévit à l’Elysée.

 Le lâche comportement des politiques qui gouvernent, au nom de la sacro-sainte paix civil, ne veulent surtout pas faire de vagues dans certains milieux. Ils minimisent tous ces méfaits, allant plutôt s’en prendre à ceux qui dénoncent ces exactions. Faisant tout pour minimiser la responsabilité des « sauvageons » qui profitent de la mansuétude des tribunaux et sont encouragés à continuer.

Chaque jour, les policiers et les gendarmes risquent leur vie à arrêter et à ré-arrêter des multirécidivistes qui ne devraient pas être en liberté.

Mais il n'y a pas que les forces de l'ordre qui sont en première ligne :

Tous les jours en France, on compte : -  11 000 vols -  1 780 agressions -  264 viols et tentatives de viols

Vous avez bien lu : ces exactions ont lieu toutes les 24 heures.

Et savez-vous quelle est la solution proposée par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, pour faire cesser ce massacre ?

Elle a demandé :

-  que les récidivistes soient sanctionnés moins sévèrement encore, avec la suppression des « peines plancher »

-  que les délinquants endurcis soient encore moins souvent envoyés en prison qu'aujourd'hui et bénéficient d'une nouvelle « mise à l'épreuve »

-  que les mineurs délinquants récidivistes soient traités de manière encore plus laxiste par la suppression du « tribunal correctionnel pour mineurs »

Il est révélateur que le législateur, lors des problèmes de voile qui émouvaient l’opinion public, ait fait voter l’interdiction du port du voile, mais pas celui du port de la cagoule, qui est déjà par lui-même la convenance d’une appartenance.

Qu’on ne nous mette pas en exergue la liberté d’expression ou de s’habiller comme il plait de l’être lorsque cela sert à camoufler des intentions malfaisantes. Lorsqu’on n’a rien à cacher, on va à visage découvert dans une société telle que nous la concevons.

Il est certain que si on interdisait le port de la cagoule en ville, lieux privés ou publics, certains se sentiraient moins à l’aise et volontaires pour attaquer lâchement comme il est fait actuellement. On comprendrait davantage l’utilité des caméras qui fleurissent un peu partout.

C’est un avis que je partage, certainement, avec celui de beaucoup d’autres ! Soyons-en certains !

Le Mistigri              

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Exupéry 07/12/2013

Hélas la minoration du terme sauvageon fut explicitée par Chevènement bien avant son coma thérapeutique.
C'est donc dans la pathologie socialiste qu'il faut chercher ce déni de réalité !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site