094 - RENDEZ-NOUS NOTRE ARGENT !

 094 - Le 17 avril 2013

faites-voter-notre-argent.jpg

Rendez-nous notre argent ! Ou les anomalies de fonctionnement de la République.

« Il n'est de château d'un entretien aussi dispendieux que les ors de la République »

Les dessous de la République ressemblent plus à l’époque des avantages, sous la royauté, qu’à une démocratie républicaine et responsable des deniers de la Nation..

On avait eu la caisse noire de Matignon, Lionel Jospin avait dit y avoir mis fin. Il y avait le budget de l’Elysée avec un budget non contrôlé relevant du tonneau des danaïdes. Nicolas SARKOSY y avait mis de l’ordre et avait institué une rémunération reconnue, puisqu’ auparavant les précédents piochaient à volontéd ans le budget de l’Elysée, non contrôlable. Ce qui l'est depuis par la Cour des Comptes.

Ne parlons pas de l’annonce pipeau des deux premiers aux commandes actuellement qui disaient vouloir descendre leur rémunération de 30 %. Cela était anticonstitutionnel parait-il pour qu’il puisse le décider ainsi… On attend toujours de savoir quel organisme de bienfaisance aurait profité de leurs largesses. ???

On ne peut trop parler de toutes les caisses noires qui sont instaurées dans chaque ministère, tant la nébuleuse est épaisse en matière de contrôle.

S’ajoute une aberrance scandaleuse : la réserve parlementaire ? Depuis 2012, c'est une somme identique qui est octroyée à chaque député bien que le président de groupe puisse encore la moduler, qu'il soit dans l'opposition ou la majorité à hauteur de 130 000 €, somme qui est doublée (260 000 €) pour les vice-présidents et responsables de groupes, le président disposait lui de 520 000 € pour sa circonscription et d'environ deux millions d'euros pour des œuvres caritatives…  Rien que cela ! Et sous quel contrôle. Des enveloppes qui représentent un total de 90 millions pour l'Assemblée auxquels s'ajoutent les 60 millions du Sénat (où le dispositif est encore plus opaque).

Si certaines caisses noires ont disparues pour des raisons de communication, il y existe un nombre incalculable de pots de confiture où chaque élu peut aller y mettre les doigts à sa convenance… Et sous quel contrôle ???

On vient de revoir son mode d’attribution mais il en reste pas moins que l’existence de ce procédé  est convenu par beaucoup comme un système opaque et archaïque qui octroie aux députés et aux sénateurs des sommes d'argent fixes qu'ils peuvent  distribuer  selon leur bon vouloir dans leur circonscription pour des associations ou des projets divers.

Il était envisagé de supprimer ces allocations parlementaires, mais on apprend tout juste que ce n’est plus d’actualité. Encore une reculade de plus. Par contre on maintient certaines suppressions des allocations familiales. Mais là aussi, une semi reculade devant le tollé de l’opposition.

Sa suppression est souhaitée pour moraliser le bon usage des deniers des contribuables et mettre fin : " à ce système d'essence clientéliste, au nom de la moralité afin de montrer à l'opinion que les efforts budgétaires sont partagés par les politiques".

Et je ne vous ai pas parlé des « primes » phénoménales attribuées dans chaque ministère pour "assiduité au travail" ??? OUI, la France est riche… Mais de bêtises ! Cette Vème république a réellement vécue et il serait temps de faire table rase et de refonder de nouvelles bases !

Au moins « l’affaire CAHUZAC  » aura eu un mérite, celui de mettre en évidence une partie du mât de cocagne où sont suspendus bien des millions d’euros qui n’ont rien à y faire et dont la place devrait être dans des budgets votés par l’Assemblée nationale rendus publics et contrôlables par tout un chacun. !

On ne développera pas non plus les usages scandaleux qui se pratiquent au Sénat sur le dos des contribuables.

Cette institution est à elle seule un Etat dans l’Etat incontrôlable, servant davantage de relais politique que chambre de représentation des collectivités territoriales et des Français de l’étranger. Il a le même  pouvoir législatif que l’Assemblée Nationale, mais les Sénateurs ne sont pas élus directement par le peuple. Ils sont cooptés par  leurs pairs. On peut imaginer toutes les options d’influence que cette position  peut amener dans des intérêts personnels ou partisans.

Son utilité n’est que consultative, elle aussi, comme la Cour des Comptes : « Lors du vote d'une loi, en cas de positions divergentes du Sénat et de l'Assemblée nationale, le Premier ministre peut donner le dernier mot à l'Assemblée. Cette dernière ne peut donc légiférer qu'avec l'accord du Sénat ou du Premier ministre, mais jamais seule. »

Appartements et voitures de fonction non justifiés. Usages abusifs des biens de l’Etat. Comme faire son marché avec un avion du GLAN de Paris en Bretagne avec en prime une ballade en hélicoptère... INADMISSIBLE. Les mobiliers de l’Etat empruntés avec des œuvres d’art pour décorer son bureau et dont une partie s’est égarée lors du départ. Ceci est reconnu mais on n’a jamais entendu les suites données à ces « VOLS ». Il doit y avoir là un certain « laissez aller complaisant » car une gestion de stocks à ce niveau et les moyens informatiques actuels ; c’est inconcevable que ces "emprunts puissent se faire !

L’hypocrisie de l’instauration de la Cour de Comptes qui, elle, fait un excellent travail. Malheureusement elle n’a qu’un pouvoir consultatif et de recommandations. Elle n’a aucune autorité décisionnaire. Et les abus déclarés ou anomalies criantes avérées sont rarement, voir jamais  suivis d’effets. Le bal est donc ouvert en permanence pour nos politiques . Voici un merveilleux outil de contrôle et de pression si on la rendait décissionnaire. Ce qui permettrait de régulariser bien des abus de dépenses mais dont nos politiques se gardent bien de mettre en avant !

Le monde politique est devenu une noblesse républicaine qui se dirige par elle-même, le roi n’étant plus là au-dessus pour les réguler, et trop souvent dans son propre intérêt au détriment de ceux qu’ils représentent. Il est bien loin l’esprit démocratique de 1789. !

AUTRE SCANDALE !

Le Président de la République François Hollande a créé une commission (une de plus) de rénovation et de déontologie de la vie publique. Cette  commission est chargée de proposer les réformes à répondre aux préoccupations exprimées par le Président dans une lettre, et de formuler toutes les autres recommandations qu'elle jugera utiles.

Elle remettra son rapport au Président de la République avant le 15 novembre 2013. Autrement dit une masturbation de neurones en perpective histoire d'enfumer un peu plus le "Populot" et une manière de se faire reluire le poil.

Voici la liste des membres de la commission :
Lionel JOSPIN, est nommé président de la commission instituée par le présent décret.

Sont nommés membres de la commission :

Olivier SCHRAMECK, président de section au Conseil d'Etat ;

Mme Chantal ARENS, présidente du Tribunal de Grande Instance de Paris ;
Mme Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ancienne ministre ;
Mme Julie BENETTI, professeure à l'université de Reims ;
M. Jean-Claude CASANOVA, membre de l'Institut, président de la Fondation nationale des sciences politiques ;
M. Jean-Pierre DUPORT, préfet de région honoraire ;
M. Jean-Louis GALLET conseiller à la Cour de Cassation, vice-président du Tribunal des Conflits ;
Mme Marie-Christine LEPETIT, chef du service de l'Inspection générale des finances ;
Mme Wanda Mastor, professeure à l'université Toulouse-I ;
M. Ferdinand MELIN-SOUCRAMIEN, professeur à l'université Bordeaux-IV ;
Mme Agnès ROBLOT-TROIZIER, professeure à l'université d'Evry ;
M. Dominique ROUSSEAU, professeur à l'université Paris-I ;
Mme Hélène RUIZ-FABRI, professeure à l'université Paris-I.
Est nommé rapporteur général de la commission : M. Alain MENEMENIS, conseiller d'Etat.

CE QU’IL FAUT SAVOIR !

Monsieur JOSPIN sera rémunéré à hauteur de 122 000 euros pour ce travail difficile,

Madame BACHELOT 92 000 euros  (elle mange à tous les râteliers) et les autres auront     80 000 euros.

La presse bienveillante n’en parle pas… .

Mais ce n’est pas tout : 

Il est écrit dans le décret n° 2012-875 "La commission peut entendre ou consulter toute personne de son choix. Ces personnes nommées «Consultant» toucheront une indemnité de 35 000 euros pour leurs conseils".
34 ont déjà été nommés dont voici deux noms :

 Mme Sylviane AGACINSKI, philosophe épouse de Mr JOSPIN

 Mr Pierre Bachelot, fils de Mme Bachelot

La commission va coûter au contribuable : 2 444 000 euros sans compter les frais annexes de ces personnes.

 Le " président normal " fait travailler ses copains et copines, pendant que vous, vous allez payer encore plus de TAXES et d’IMPÔTS. Et comme il nomme moult commissions avant de prendre une décision, on peut imaginer que le PS est en train de remettre à flot sa trésorerie.


Ceci illustre une fois de plus que la politique de réduction du train de vie de l'Etat n’est pas pour demain.

 Dernière info à l’adresse des rêveurs du socialisme :

"Pour la première fois depuis le début de la Ve République, les Français se disent que le président de la République n'est pas à la hauteur. Ni de la situation ni de la fonction. Cela tient à sa méthode, il ne sait pas trancher, à son caractère et au fait qu'il n'a jamais exercé de responsabilités importantes, notamment ministérielles"

Mais EUREKA… Pépère a trouvé… Quoi… QUOI ???? Une boite à outils !

Alors, pour le fun  un petit clic 

C’est un avis que, certainement, beaucoup d’autres partagent également. Soyons-en certains !

Le Mistigri

 

11 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site