Le Mistigri            A  VENIR        -  130  -      Le 11 mars 2015

L’AVENIR DE LA FRANCE VU DES USA

 L’ADDITION QUE NOS ENFANTS VONT DEVOIR PAYER !

Par lâcheté, par manque de clairvoyance, et davantage encore par le lobbysme démago-idéologique d’une bande de « bobos » soi-disant humanistes, inconscients, voici ce que nous lèguerons à nos enfants  et ce qu’ils auront à subir  par notre inconséquence. Mais également par notre responsabilité à tous d’avoir laissez faire, plus intéressés de notre petit confort journalier et l’organisation de nos petits week-end ou de nos RTT que d’entrevoir l’avenir avec réalisme.

" Le Figaro " a interviewé Christopher Caldwell, journaliste américain, dont le livre « Une révolution sous nos yeux : Comment l'islam va changer la France et l'Europe » vient de sortir en France. (

Diplômé de Harvard où il a étudié la littérature anglaise, Christopher Caldwell est un spécialiste des affaires politiques européennes. Il est éditorialiste au Financial Times et rédacteur au Weekly Standard ainsi qu'au New York Times Magazine. En 2008 David Brooks classe Caldwell parmi les meilleurs journalistes de l'année pour ses articles mettant en cause l'écart entre le capitalisme financier et le sens moral commun)

A LIRE JUSQU’AU BOUT SON EXACTE ANALYSE ET SES REFLEXIONS !

Quelques extraits éloquents : 

Christopher Caldwell : « L'immigration, quelles que soient les circonstances historiques, produit toujours des conflits économiques, sociaux ou culturels. La diversité n'est pas une richesse comme le proclament certains politiques de gauche comme de droite lorsqu'elle est subie.

Christopher Caldwell : « Aux États-Unis, nous connaissons aussi le phénomène de l'immigration. La grande vague migratoire, au cours des dernières décennies, est surgie du Mexique, d'Amérique centrale ou d'Amérique du Sud. Or cette culture n'est pas étrangère aux États-Unis, pays qui compte depuis l'origine une forte minorité catholique. Les gens qui viennent d'Amérique du Sud sont très pauvres, mais leurs références et leurs façons de vivre sont à peu près similaires à celles des Siciliens, dont descendent la grande majorité des citoyens italo-américains. Avec nos immigrés, nous n'avons donc pas un problème culturel comme vous, car ce sont des judéo-chrétiens et nous aussi.

Christopher Caldwell : « l'islam est une culture religieuse qui veut structurer la société. Est-ce compatible avec la tradition européenne? Non. La France va imploser dans 15 ou 20 ans dans le sang et les larmes. C'est maintenant irréversible. Sauf.... Tous vos dirigeants, hormis De Gaulle, n'ont pas été responsables et visionnaires. Aujourd'hui, ceux qui gouvernent la France n'ont pas la capacité à réagir face à ce drame programmé. D'autres demain vont se plier aux exigences des islamiques et vont collaborer. Vous subirez la Charia.

Christopher Caldwell : « Vous me demandez en quoi l'immigration en Europe concerne les Américains. Ce n'est pas pour en tirer des leçons pour les États-Unis, car la situation est très différente. En fait, les Américains s'y intéressent pour des raisons géostratégiques : leur interrogation porte sur les populations non assimilées de l'Europe, vues comme des sources potentielles de terrorisme ou d'antiaméricanisme.»

Christopher Caldwell : « Dans une démocratie, il faut partager des règles. Or deux cultures incarnant des visions différentes du monde ont du mal à s'accorder sur de telles règles. Cela ne veut pas dire qu'il est impossible d'y parvenir, mais que c'est difficile.»

Christopher Caldwell : « Verrons-nous un jour un féminisme musulman ? Je ne sais pas. Ce que je sais, aujourd'hui, c'est que la conception occidentale de la femme ne s'accorde pas avec la conception arabo-musulmane de la femme. »

Christopher Caldwell : « ce sont les mêmes problèmes qui reviennent d'une manière ou d'une autre (partout en Europe). Pour commencer, l'intégration des immigrés s'apparente globalement à un échec. Et les mêmes questions sont posées partout : les taux de chômage et de délinquance supérieurs à la moyenne dans les quartiers peuplés de migrants, les revendications concernant les prescriptions alimentaires islamiques, les demandes de séparation des sexes à l'hôpital ou dans les activités sportives, la recherche d'interlocuteurs musulmans modérés…

Quand on voyage d'un pays européen à l'autre, comme je l'ai fait pendant plusieurs années, on entend les mêmes préoccupations, les mêmes mots, et jusqu'aux mêmes blagues..Quand vous allez vous réveiller il sera trop tard.»

Christopher Caldwell : « Si l'on cherche une différence entre pays européens quant au traitement de l'immigration, elle est précisément là : en France, la parole est verrouillée, contrairement à la Grande-Bretagne , à l'Italie ou à l'Allemagne .Pierre-André Taguieff a raison quand il évoque l'idéologie de l'« immigrationnisme ». Chez vous, il est presque illégal d'avoir une réflexion négative sur un phénomène qui, comme tout fait de société, ne devrait pas échapper à l'esprit critique.

La France va  payer très cher son "politiquement correct". »
 
Christopher Caldwell : « Ce qui m'inquiète pour vous, c'est que la situation européenne commence à ressembler au problème racial qui a longtemps empoisonné la vie américaine. Cela ne veut pas dire qu'il n'existe aucune solution pour l'Europe, ni que deux groupes ethniques ne peuvent pas travailler ensemble pour bâtir quelque chose qui soit mutuellement satisfaisant. Mais il faut avoir conscience que l'Europe fait désormais face à un problème durable. Chez nous, il a duré trois cent cinquante ans… Je pense que les enjeux de ce problème sont encore plus grands que ne le pensent les Européens.

Christopher Caldwell : « une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilier parce que, dans une telle rencontre, c'est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l'avantage.

Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l'organisation sociale mondiale, comme l'islam, n'est pas prête à transiger. »

Christopher Caldwell : « En Belgique, la communauté belgo-marocaine, relativement bien intégrée, affiche un indicateur conjoncturel de fécondité deux fois et demie plus élevé que celui des Belges autochtones. A Bruxelles, où le quart des habitants sont des citoyens étrangers et où plus de la moitié des enfants nés en 2006 étaient nés de musulmans (56 %), les sept prénoms de garçons les plus courants parmi ces nouveau-nés étaient Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza. » Boumédienne avait bien dit en 1974 à la tribune de l'Onu que les ventres des femmes musulmanes remplaceront les fusils et les canons pour conquérir l'Europe".

Christopher Caldwell : « une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilier parce que, dans une telle rencontre, c'est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l'avantage. Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l'organisation sociale mondiale, comme l'islam, n'est pas prête à transiger. »

Christopher Caldwell : « En Belgique, la communauté belgo-marocaine, relativement bien intégrée, affiche un indicateur conjoncturel de fécondité deux fois et demie plus élevé que celui des Belges autochtones. A Bruxelles, où le quart des habitants sont des citoyensétrangers et où plus de la moitié des enfants nés en 2006 étaient nés de musulmans (56 %), les sept prénoms de garçons les plus courants parmi ces nouveau-nés étaient Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza. »Boumédienne avait bien dit en 1974 à la tribune de l'Onu que les ventres des femmes musulmanes remplaceront les fusils et les canons pour conquérir l'Europe".

Christopher Caldwell : « Le problème fondamental de l'Europe avec l'islam, et avec l'immigration en général, c'est qu'en Europe, les communautés les plus fortes ne sont, culturellement parlant, pas du tout européennes. Malgré la grande variété de mesures prises pour le résoudre – multiculturalisme en Hollande, laïcité en France, laisser-faire en Grande-Bretagne, pointillisme constitutionnel en Allemagne , ce problème existe dans tous les pays européens. C'est avec l'islam et l'immigration que l'Europe a un problème et non avec l'usage impropre de certains moyens mis en place pour le traiter.

Christopher Caldwell : « Il est sûr que l'Europe sortira changée de sa confrontation avec l'islam. Il est bien moins sûr que ce dernier se révèle assimilable. Pour l'heure, l'islam est en meilleure position pour l'emporter à la fois démographiquement, c'est une évidence, et philosophiquement, même si cet avantage paraît moins net.

Christopher Caldwell :« Quand une culture peu sûre d'elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes et surtout religieuses, c'est généralement la première qui change pour s'adapter à la seconde car elle a perdu les moyens de réagir.
Il n'y que le nationalisme qui pourra vous sauver. La guerre en ex-Yougoslavie en est un exemple.
Les musulmans, craintifs et soumis lorsque qu'une autorité les domine, n'imposeront pas leur manière de vivre à celle-ci, à l'instar de chez vous. Allez visiter la Croatie, la Serbie ou bien plus près de chez vous la Corse. Pourtant dans cette île ils représentent 10% de la population autochtone et n'inquiètent pas outre mesure les Corses. N'oubliez pas que ces trois peuples, comme par hasard, était les seuls en Europe à se libérer du joug nazi sans l'aide de personne.

Il en est ou sera de même avec l'occupation musulmane car le patriotisme est leur ciment.
On dit bien chez vous  "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs " ?

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

Les extraits de ce livre sont pour ainsi dire identiques aux réflexions faites sur l’immigration et ses conséquences collatérales développées depuis des mois sur ce site.

Comment se fait-il que si peu de gens semblent en prendre conscience et ne régissent pas davantage. On laisse ce soin au FN qui en fait ses choux gras avec des relents de racisme et de xénophobie en lissant dans le sens du poil du ras le bol des français qui ont a supporter les conséquences collatérales de cette immigration. Manque de logements d'où que nous connaissons tous de jeunes Français ne pouvant créer de foyer et même, parfois vivant de leur véhicule. Passons outre sur bien d'autres conséquences.

Et ensuite le petit jeu reprend au moment des élections avec le PS, qui pousse au crime en ayant comme seul leitmotiv, la mise en scène de la peur du FN. Cela rappelle étrangement 2012 où nous avons récolté le fruit de notre aveuglement et de nos crédulités…L’élection de HOLLANDE.

Et Manuel VALLS remet le couvert en orchestrant, sans complexe, cette mise en scène devenue habituelle depuis F. MITTERRAND

Allons-nous encore nous laisser faire et manipuler par cette mascarade. Saurons-nous enfin prendre en mains le destin de notre Pays en rejetant tous ces professionnels de la politique dont les mêmes têtes se retrouvent sur nos affiches. C’est le seul moment où ils sont à l’écoute de nous tous, mais aussitôt les urnes refermées ils ne pensent plus qu’à leurs confort, leur autorité renouvelée et leurs petits jeux politiciens… leurs prés carrés respectifs !

En ces élections qui approchent, prenez le temps de vous poser les bonnes questions pour faire le bon choix.

« La somme de pensées différentes forme l’opinion ».

         Le Mistigri vous salue bien.

 

11 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. Le mistiggri 26/03/2015

Absolument d'accord, et comme dit un proverbe chinois "Si tu veux aider ton voisin, apprends-lui à pêcher que de lui donner du poisson !" Les aider chez eux, mais sous contrôle de l'emploi des sommes qu'on leur allouent déjà.
Cordialement

2. CT 24/03/2015

MERCI A GISCARD, MITTERRAND, CHIRAC et leurs successeurs irresponsables qui, comme 99% des politicards, n'ont eu aucune anticipation (de leur laisser-faire) sur l'avenir de leur nation.
Pour ceux qui ont un peu vécu aux USA, la seule chose dont il soit inutile de s'excuser c'est d'être étranger (car il ne reste plus beaucoup d'autochtones)....
Et que dire de la disparition des dodos....
M.Rocard disait à juste titre qu'on ne peut accueillir toute la misère du monde, mais les vrais miséreux du quart-monde n'auront jamais les moyens de se sortir de leur misère... Il serait beaucoup plus juste de consacrer les importants moyens que nous accordons sans discernement et sans contrepartie à nos envahisseurs à aider (sous contrôle et dans leur pays) ces peuples à prendre en main leur développement et leur avenir. Je ne vois pas d'autre solution....

3. Le Mistigri 13/03/2015

Bonjour,
Je tiens compte de votre remarque du fait que la perfection n'est pas de ce monde. Mais je ne pense pas que cela soit aussi criant que vous le laisser supposer sauf, bien sur, pour certains puristes de l'hortographe. Si vous le souhaitez je ne m'offiusquerai pas à ce que vous soyez ce pair.
Je penseque dans ces écrits, le fond est plus important que la forme et je sollicite votre tolérance pour les prochains.
Bien cordialement.
PS_ Une grande partie du texte était copier-coller pour garder l'authenticité du reportage.

4. bounif 12/03/2015

Prenez garde à votre orthographe si vous ne voulez pas discréditer votre message!
Relisez-vous ou faites vous relire par un pair avant d'envoyer vos écrits sur la toile, car la langue française est une maîtresse très exigeante qu'il ne faut pas prendre à la légère !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site