002 mystigri marron  Le Mistigri - 153 – INTERROGATION !  – Le 15 octobre 2015

INTERROGATIONS SUR CETTE IMMIGRATION. Nous sommes en droit de nous poser des questions vu le peu d'informations que nous avons de certaines réalités relatées par les médias étranger. La France serait-elle devenu un Pays de censure et de désinformation ?

Monica Crowley est écrivain et journaliste politique. Diplômée en science politique, elle possède un doctorat en relations internationales, et contribue au New York Post, New Yorker, Wall Street Journal, Los Angeles Times, Baltimore Sun, et au Washington Times. Elle revient d’un séjour en Europe où elle est allée enquêter sur la crise des migrants, et elle témoigne de ce qu’elle a vu.

Vous n’entendrez pas un tel témoignage dans vos médias, pour la simple raison qu’ils veulent vous influencer afin que vous ayez une opinion positive sur l’afflux de réfugiés, et que vous ayez de la sympathie pour eux.

Voici ce que Crowley rapporte à Fox News.

C’est du vrai journalisme avec de vraies réponses sans biais gauchiste, sans propagande cachée, comme vous n’en voyez pas à la télévision française où les journalistes n’interrogent QUE des experts qui confirment le point de vue pro-immigration souhaité par la gauche, comme s’il n’existait aucun risque, aucun danger, aucun inconvénient à cette migration.

Pour la gauche et les médias, poser des questions critiques sur cette crise veut dire que vous êtes un être répugnant. Ou plutôt, comme si poser des questions critiques sur cette crise veut dire que vous êtes un être répugnant.

Ce que j’ai vu, l’afflux de musulmans du Moyen Orient, ce n’est pas une crise des migrants. C’est une invasion.

Monica Crowley : « Sur les photos que j’ai prise à la gare principale de Vienne qui est le point d’entrée principal vers l’Allemagne pour tous ces réfugiés. Très peu d’entre eux restent en Autriche, ils vont tous en Allemagne. S’agit-il de gens qui tentent de fuir les guerres et les persécutions en Syrie ? Probablement. Mais ce que j’ai vu, c’est que 80% d’entre eux sont des hommes en âge de combattre. Ce sont des hommes qui ont entre 18 et 45 ans. J’ai vu très peu de femmes et très peu d’enfants. Des dizaines de milliers de ces musulmans arrivent à la gare de Vienne chaque jour. Il y a des viols, des violences sur des enfants, et du vol. »

Fox news : Pourquoi vont-ils en Allemagne ? Je veux dire, l’Autriche est un beau pays. Pourquoi ils ne restent pas à Vienne ?

Monica Crowley : « l’Autriche est un beau pays, mais Angela Merkel, la chancelière allemande, a ouvert en grand les portes de l’Allemagne et a dit à ces soi-disant réfugiés qu’ils sont plus que les bienvenus en Allemagne. »

Fox News: Bien, et ils ont besoin de main d’œuvre, en Allemagne, parce que la population vieillit, et c’est une des raisons pour lesquelles Merkel a fait ce qu’elle a fait. La situation était sous contrôle, en Autriche, quand vous y étiez ?

Crowley : « A Vienne, ils sont plutôt bien organisés. Ce n’était pas chaotique comme on l’a vu ailleurs, parce qu’ils ont la situation bien en mains. Mais ils doivent faire face à 10.000 à 12.000 de ces musulmans qui arrivent à la gare de Vienne chaque jour.

Et ils n’ont aucune intention de s’assimiler. J’ai parlé avec un certain nombre de volontaires, j’ai parlé avec des gens de la Croix Rouge qui sont là pour les aider. Ce qu’ils m’ont dit est qu’il y a un problème de sécurité avec ces communautés, là où se trouvent leurs camps, et là où sont leurs points de transit. Ces hommes ont des armes, ils apportent des armes dans le pays, principalement des couteaux. Et ils menacent les gens qui tentent de les aider. Il y a un problème de sécurité en terme de viols qui se produisent, de vols, et de viols d’enfants.

Donc [les autorités] ont augmenté la présence militaire et policière. Mais les Allemands et les Autrichiens avec qui j’ai parlé et qui se situent près de ces zones, me disent qu’ils ne sont plus en sécurité.  Nos femmes ne peuvent plus marcher seules dans les rues le soir. Nous ne pouvons plus envoyer nos enfants en bus à l’école, parce que des bandes hors contrôle se déplacent un peu partout. »

Crowley : « la situation est très sérieuse, et c’est une invasion ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

On dit que comparaison n’est pas forcément raison mais tout de même on ne peut s’empêcher de se questionner à la vue de ces images : Voyez ces photos de diverses immigrations. Vous constaterez que celle qui nous préoccupe en 2015 n’a rien de commun avec les autres

 
Réfugiés belges, à la gare de Calais, en 1914… Réfugiés espagnols, en 1939, après la victoire de Franco...