Le Mistigri                                                                        133 -   TEMOIGNAGES   133  - Le avril 2015

REFLEXIONS ET ANALYSES HISTORIQUES SUR L'ISLAM

Depuis bien longtemps déjà les questions se posent sur l’islam ! 
Impressionnantes, ces visions de l'Islam !
Eux n'étaient pas taxés d'islamophobie !
Quelle convergence d'analyses par des Hommes d'époques, d'origines et d'esprits aussi divers…

« Islam ! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. »

(Bossuet /1627-1704).
  « Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. »

(Chateaubriand / 1768-1848)

                                                                   

 « La religion de Mahomet, la plus simple dans sesdogmes, (...) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurablestupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire » Condorcet (1743-1794)
   « Le Coran, ce méchant livre, a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire pendant 1200 ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d’hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d’affronter des guerres sanglantes, et d’entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous ytrouvons la plus triste et la plus pauvre forme du théisme. (...) Je n’ai pu y découvrir une seule idée un peu profonde. »     Arthur Schopenhauer / 1788 -1860)
   « L’islam, c’est la polygamie, la séquestration des femmes, l’absence de toute vie publique, un gouvernement tyrannique et ombrageux qui force de cacher sa vie et rejette toutes les affections du cœur du côté de l’intérieur de la famille. » « J’ai beaucoup étudié le Coran (…). Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de
Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’huisi visible du monde musulman  (...). Je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès
(Alexis de Tocqueville / 1805-1859)
   « Si l’on préfère la vie à la mort, on doit préférer la civilisation à la barbarie. L’islamisme est le culte le plus immobile et le plus obstiné, il faut bien que les peuples qui le professent périssent s’ils ne changent de culte. »  Alfred de Vigny (1793-1883)
  « Celui qui prétend être le prophète d’Allah devrait avoir des lettres de créances, c’est-à-dire la prophétie, les miracles et l’intégrité de l’ensemble de sa vie. Rien de tout cela ne se trouve chez Mahomet, cet homme de pillage et de sang qui prêche sa doctrine à coup de cimeterre, en promenant la mort sur un tiers du globe alors connu. » (Monseigneur Louis Pavy,  Évêque d’Alger / 1805-1866).
  « L’islam est contraire à l’esprit scientifique, hostile au progrès ; il a fait des pays qu’il a conquis, un champ fermé à la culture rationnelle de l’esprit. »(Joseph Ernest Renan / 1823-1892)
   « L’influence de cette religion paralyse le développement social de ses fidèles (...). Il n’existe pas de plus puissante force rétrograde dans le monde. (...) Si la Chrétienté n’était protégée par les bras puissants de la Science, la civilisation de l’Europe
moderne pourrait tomber, comme tomba celle de la Rome antique. »                         (Winston Churchill / 1874-1965).
   « Je fus impressionné par la parenté du national-socialisme avec l’Islam et cette impression n’a fait que se préciser et s’affermir depuis. »

(Hermann Von Keyserling / 1880-1946).

Le grand Mufti deJérusalem Mohammed Amin al Husseini)

Les parentés, les similitudes et grandes amitiés avec le nazisme !

en 1943 « Les Nazis sont les meilleurs amis de l’Islam. » déclarait ce Mufti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                 

Après la guerre, d'anciens nazis ont travaillé dans les pays arabes. Notons que Mein Kampf reste un best-seller dans le monde musulman, où la conjonction entre le nationalisme et l'antisionisme est vivace.

Édition turque (à gauche) et égyptienne (à droite):                              

« Je n’ai rien contre l’Islam, parce que cette religion se charge elle-même d’instruire les hommes, en leur promettant le ciel s’ils combattent avec courage et se font tuer sur le champ de bataille : bref, c’est une religion très pratique et  séduisante pour un soldat. »

(Heinrich Himmler Reich führer SS / 1900-1945).

  Paru dans l'hebdomadaire américain Time...Cet entretien est donc paru il y a presque...  60 ans ! Visionnaire et prophétique, Malraux ? Sans aucun doute !

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine.

Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam.

En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat.

Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis «musulmane» je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet.

Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard !

Les «misérables» ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d'eux une conception trop occidentale.

Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race.

L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. »

André Malraux, 3 juin 1956