Le Mistigri                                         SANGUINAIRES ?   -   141   -  Le 27 mai 2015

SANGUINAIRES… AVEZ-VOUS DIT ? LES INTERPRETAIONS SONT TENACES !

UNE EXPLICATION DE TEXTE DONNE PAR Madame Bernadette X... De la Marseillaise

Ayant pris la peine de chercher, écrit Madame Bernadette  X, « Me voilà renseignée à présent » ce dont je ne voudrais pas vous priver !
"J'en ai marre d'entendre les gens, dont: Jamel DEBOUZE, (bien placé celui-là pour se permettre de critiquer), Lambert Wilson et compagnie... critiquer la Marseillaise à cause de cette phrase dont s’agit et tout particulièrement du sens  qui lui a été donné:« " qu'un sang impur abreuve nos sillons "  On ne peut pas leur reprocher leur ignorance, et ça ne devrait pas être mon rôle d'en rappeler le sens, mais à l'Éducation Nationale, lors des fameux cours d'éducation civique.
À l'époque, ce qu'on appelait *le sang pur, c'était le sang des nobles* qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d'officiers dans l'Armée.
Lors de la Révolution et notamment de l'attaque des autrichien, les nobles se sont enfuis et il ne restait donc que des "Sang impur" (Républicains), par opposition aux "Sang pur" (Sang bleu des Royalistes).
Au cri de la "Patrie est en danger", c'étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l'envahisseur et qui étaient disposés à verser leur propre sang pour la liberté.

C'est dans le même esprit qu'ont été composés le "Chant du départ" et, plus récemment, "Les Africains"...

Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.
Ainsi, "Qu'un sang impur abreuve nos sillons " signifie donc que c'est *notre* "Sang impur" à *NOUS*, le peuple,  qui nourrira nos terres. En aucun cas il ne s'agit du sang de l'ennemi. Ce serait bizarre, et incohérent même, de chanter que le sang de l'ennemi nourrit nos terres, nos sillons.
On peut reprocher beaucoup de choses à la Marseillaise, notamment son esprit guerrier, mais pas le "Sang impur".

Désolée pour les incultes. À aucun moment de l'Histoire, la France n'a désigné ses adversaires en raison d'une notion raciste liée à la pureté du sang, notamment lors des guerres coloniales inspirées par des politiciens issus des "Lumières", comme les Saint-simoniens et les Francs-maçons. La statue de la Liberté offerte à la jeune nation américaine illustre le propos !...
Méfions-nous de cette approche socio-libertaire simpliste qui avance sournoisement pour adapter l'Histoire à sa guise !...

Puisque, apparemment, l’Education Nationale n’assume plus son rôle d’instruction civique, il existe, heureusement des personnes qui, à force d’entendre récriminer contre ces paroles,  y ont été voir au-delà du bout de leur nez.

Merci à cette personne d'avoir aidé à remettre les pendules à l’heure !

Mais on ne sait que trop en ces jours désabusés qu’avoir l’esprit patriote est devenu une tare et que l’esprit défaitiste priment davantage et applaudissent  leurs ‘’électeurs’’ lorsqu’ils sifflent « La Marseillaise » dans les stades, ou qu’ils s’essuient les fesses avec notre drapeau ou encore se permettre, comme à Toulouse de démonter notre drapeau pour y installer celui de l’Algérie sans que personne n’y ait eu à redire de peur de faire des ‘’vagues ‘’ !

Cela nous amène de constater que nous sommes dirigés par des d’ignares ou pire, par des lâches  qui n’ont jamais su apporter cette mise au point explicative lorsque le problème était levé. On ne sait plus trop ce qu’on apprend à l’ENA et à Sciences-Po. Non plus si le sens du courage y est insufflé !

Notre hymne National est l'écho de notre histoire originelle et en gros le sens profond de cette phrase est : la République ou la Mort ! Il est issu du moment précis de la naissance de notre " Nation France ".  Il serait bien à ce titre,  que les instructeurs politiques et officiels rétablissent, pour beaucoup d'entre nous, la gloire et l'histoire réelle de notre République et réaffirment la vérité de notre naissance nationale.

DE MANIERE PLUS DIDACTIQUE, et en apprendre plus précisément :

Références : http://blogs.mediapart.fr/blog/carl-pfeiffer

Pour éviter toute discussion superflue sur les paroles originales de la Marseillaise, je rappelle que le manuscrit peut être consulté gratuitement sur le site de la Bibliothèque Nationale de France (gallica) à l'adresse : Gallica : manuscrit original de La Marseillaise. Par Nicolas de Peretti : 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Joseph_Rouget_de_Lisle

Un rappel : La Marseillaise est un chant patriotique de la Révolution française adopté par la France comme hymne national : une première fois par la Convention pendant neuf ans du 14 juillet 1795 jusqu'à l'Empire en 1804, puis définitivement en 1879 sous la Troisième République1.

Les six premiers couplets sont écrits par Rouget de Lisle en 1792 pour l'Armée du Rhin à Strasbourg, à la suite de la déclaration de guerre de la France à l'Autriche. Dans ce contexte originel, la Marseillaise est un chant de guerre révolutionnaire, un hymne à la liberté, un appel patriotique à la mobilisation générale et une exhortation au combat contre la tyrannie et l'invasion étrangère.

La Marseillaise est décrétée chant national le 14 juillet 1795 (26 messidor an III) par la Convention, à l'initiative du Comité de salut public.

Abandonnée en 1804 sous l’Empire et remplacée par le Chant du départ, elle est reprise en 1830 pendant la révolution des Trois Glorieuses qui porte Louis-Philippe Ier au pouvoir. Berlioz en élabore une orchestration qu’il dédie à Rouget de Lisle.

La IIIe République en fait l'hymne national le 14 février 1879 et, en 1887, une « version officielle » est adoptée en prévision de la célébration du Centenaire de la Révolution. Le 14 juillet 1915, les cendres de Rouget de Lisle sont transférées aux Invalides.

En ces temps politiques où les débats prennent une hauteur rarement atteinte, il est parfois utile de prendre un léger recul. Si on peut faire un reproche à tous les candidats c'est bien celui de ne pas expliquer ce que représente la France comme symbole dans le monde.

Ce pays est loin de tout reproche, il a une histoire tourmentée et violente, il fut grand. L'hymne français reste une valeur refuge pour tous les révolutionnaires du monde. Pourtant dans son propre pays, il fait l'objet de débats malsains.

La traduction qui en est faite depuis la fin du XXe siècle serait risible si elle ne s'était pas autant généralisée. Rappelons dans un premier temps qu'en histoire il n'y a que deux crimes : l'anachronisme et jouer à "l’histoire-fiction". En l’occurrence, nos contemporains considèrent que cette phrase est proche de l'idéologie nazie qui considère le sang impur comme celui de l'étranger, les sillons devenant les tranchées des batailles.
En opposition au "sang bleu" de la monarchie. A l’époque donc le ’’sang impur‘’ était celui du peuple non noble, les nobles se reproduisant qu’entre eux et avaient  une notion de leur sang quasi religieuse. Les sangs ne se mêlaient que par les bâtards des nobles d'où l'impureté supposée.

C est ainsi que ce "sang impur" dont on parle dans ce chant révolutionnaire est celui du sacrifice futur de ces hommes qui partaient mourir pour la nation et non pas celui des ennemis. La preuve réside dans les mots "abreuve nos sillons". A cette époque en disant "abreuve" il faut l'entendre en  nourrisse comme une pluie .C'est par leurs morts que la Nation se fondera et se nourrira de leur gloire puis grandira comme les blés. Nos sillons expriment bien en ce sens la volonté d'être sur nos terres.

Il serait bon, à ce titre,  que les instructeurs politiques et officiels rétablissent, pour nous même la gloire et l'histoire réelle de notre république et réaffirme la vérité de notre naissance nationale.

Notre hymne est l'écho de notre histoire originelle et en gros le sens profond de cette phrase est : la république ou la mort !

AVIS AUX GRANDES GUEULES QUI SE DISENT REPUBLICAINES.

Mais surtout aux innombrables petits cons que notre Pays a accueillis et qui se permettent de porter des jugements de valeur sur notre Histoire.

Désolé pour les mal-pensants. Il n’était pas question une bande de sauvages tuant et égorgeant tel « DAESH » faisant déborder les sillons de nos champs du sang de nos ennemis. !

Pour rehausser la valeur de ces commémorations à répétition, il serait bien qu’une allocution vienne renouveler le respect et l’honneur  que l’on doit porter à l’hymne national et à ce drapeau pour qui tant de Femmes et d’Hommes ont donné leur vie… Sinon à quoi bon si ce n’est que pour faire de la communication en mélangeant l’Histoire et l’actualité !

« Dommage, lors de ce bel honneur rendu au Panthéon, qu’il ait encore récupéré l’émotion spontanée des Français qu’ils ont eue le 11 janvier 2015. »

« La somme de pensées différentes forme l’opinion ».

       Le Mistigri vous salue bien

 

7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site